" Les oratoires... " (2)

Publié le par mediterranée83

 

 

 

ORATOIRE SAINT ROCH

 

Cet oratoire est curieusement encastré dans un mur de

restanque (restanque ou bancau : nom donné en Provence aux

murs en pierre sèche retenant la terre des terrasses).

En dehors des oratoires dédiés à la Sainte Vierge,

ce sont ceux érigés en l’honneur de Saint Roch qui sont les

plus nombreux. En Provence comme dans beaucoup de

contrées, on invoquait Saint Roch lors des épidémies de

peste.

Né à Montpellier en 1295, Saint Roch consacra

toute son existence au soulagement des pestiférés. Il fut un

jour contaminé et se retira dans un lieu solitaire en attendant

de rendre l’âme. On raconte qu’un chien le trouva, lécha ses

plaies et lui apporta du pain. Le maître du chien découvrit le

saint homme et le soigna jusqu’à sa guérison.

 

Locution provençale :

Pour se moquer de deux personnes qui avaient du

mal à se quitter, on s’exclamait : Sant Roch eme soun chin !

(Saint Roch et son chien !).

Les Beaussétans faisaient aussi appel à Notre-Dame

du Beausset Vieux pour échapper aux terribles épidémies de

peste : le village ayant été miraculeusement épargné en

1720, le conseil de la communauté chargea les consuls de

faire réaliser un ex-voto sous forme de tableau à l’attention

de Notre-Dame du Beausset Vieux pour témoigner de sa

protection.

 

Légende :

En 1720, alors que la Grande Peste frappait Marseille

quatre malandrins en profitèrent pour voler les malheureux

ayant succombés à la terrible maladie. Les voleurs se frottaient

les parties du corps exposées avec une préparation à base

de plantes du pays avant de dépouiller les pestiférés. Faisant

suite à leur arrestation, afin de bénéficier de la clémence du

juge, les voleurs donnèrent leur fameuse recette contenant

entre autre thym, romarin, sauge, lavande et ail. D’une

grande efficacité, le vinaigre des quatre voleurs fut reconnu

en pharmacologie et inscrit au codex dès 1748.


Chemin-des-oratoires--9--copie-1.JPG

 

________________________

 

 

ORATOIRE SAINTE ANNE

 

Sainte Anne supplia Dieu après de longues années

de stérilité de lui donner un enfant. Son voeu fut exaucé :

elle mit au monde la Vierge Marie et ses deux soeurs. Les

Provençales qui redoutaient la stérilité ne manquaient

jamais de célébrer le 26 juillet la fête de Sainte Anne,

reconnue pour accorder à celles qui l’invoquaient une belle

descendance.

 

Légende du terroir Sud Sainte Baume :

Sainte Anne demanda à un paysan du Castellet

(commune voisine du Beausset) qui l’avait invoquée et

qu’elle venait miraculeusement de guérir d’une blessure à la

jambe de lui faire édifier une chapelle. Quelques jours plus

tard, la Sainte Vierge lui apparut, lui demandant le résultat. Il

répondit qu’on s’était moqué de lui et que personne n’avait

voulu le croire. Alors la Sainte Vierge ôta de son cou une

belle chaîne en or lui disant : « Prends cette cadène, mets-la

en loterie pour faire construire l’église en l’honneur de ma

mère. »

La chaîne gagnée par un habitant du Brûlat est

toujours restée dans la même famille. On s’empressait de se

faire prêter la sainte chaîne pour la mettre au cou des

femmes lors des accouchements difficiles.

 

Autre légende du terroir Sud Sainte Baume :

Il y a bien longtemps de cela, dans le village voisin

du Beausset, un paysan de Sainte Anne d’Evenos refusa de

chômer la fête de Sainte Anne. Il s’écria haut et fort devant la

désapprobation de ses congénères : « Qué siégué

Sant’Anno ou Sant Announ, foou qué caouqui moun

garbeiroun ! » (Que ce soit la Sainte Anne ou la Saint Anon,

il faut que je foule mon gerbier !). Mal lui en prit car il fut

aussitôt englouti sous terre avec ses chevaux et son blé

dans “l’iero préfoundado” (l’aire engloutie). On raconte au

pays que l’on entend encore aujourd’hui le galop de ses

chevaux et le claquement de son fouet sur le lieu du

châtiment le 26 juillet, jour de la fête de Sainte Anne.


Chemin-des-oratoires--16-.JPG

 

_________________________

 

 

 

ORATOIRE SAINT EUTROPE

 

Saint Eutrope, né à Marseille au Vème siècle, est le

patron de la paroisse du Beausset. Sa fête est le 27 mai.

Saint Eutrope est invoqué par temps de sècheresse

pour faire pleuvoir. Il est aussi le patron des joueurs de

boules qu’il protège des accidents provoqués par les plus

maladroits d’entre eux.

Les paysans du Beausset venaient souvent l’invoquer

pour obtenir de la pluie. Ils avaient beau le supplier, Saint

Eutrope n’entendait pas toujours leurs prières.

Lorsque la sècheresse menaçait et que les récoltes étaient

en danger, les Beaussétans avaient une bien curieuse façon

de rappeler le saint à ses devoirs : on injuriait et pire encore

on battait sa statue ou on l’arrosait copieusement... Pour

punir Saint Eutrope quand il ne pleuvait pas, on plaçait sa

statue à l’envers dans sa niche. Un jour, un passant non

averti, quelque peu choqué, interrogea celui entrain de

donner une magistrale raclée à la malheureuse sculpture et

s’entendit répondre : “Oh moun bouan moussu, si lou

menavi pas ensin, n’en pourriou ren faïre !” (Oh mon

bon Monsieur si je ne le traitais pas de la sorte, je ne

pourrais rien en tirer !)

Dicton provençal :

Eici, l’aigo es d’or.

Ici, l’eau est d’or.

 

Chemin des oratoires (13)

 

_________________

 

 

SAINTE BARBE

 

Sainte Barbe est très populaire en Provence. Elle se

fit baptiser au IIIème siècle contre la volonté de son père qui

la livra aux bourreaux. Ceux-ci furent foudroyés au moment

de son martyr. Depuis, on invoque Sainte Barbe contre les

orages. Elle devint la patronne de nombreux métiers ayant

un rapport avec le feu : artilleurs, canonniers, chaudronniers,

cuisiniers, pompiers…

La fête de la Sainte Barbe est une des plus anciennes

traditions ayant déjà cours avant la Révolution. Une

confrérie, vouée à Sainte Barbe et certainement fondée au

XVIIème siècle, regroupait au Beausset les corps de métiers

ayant un lien avec le feu. Autrefois, était notamment stationnée

sur la commune une formation de canonniers garde-côtes. De

nos jours ce sont les pompiers qui rendent, chaque année,

début décembre, à la sainte un vibrant hommage.

 

Invocation provençale à Sainte Barbe pendant les

orages :

Santo Barbo, Santo flour,

Sainte barbe, sainte fleur,

La crous de noste Segnour.

La croix de Notre-Seigneur.

Quand lou tron petara

Quand le tonnerre grondera

Santo Barbo nous assoustara.

Sainte Barbe nous protègera.

En Provence, la période de Noël commence le

4 décembre, jour de la Sainte Barbe. C’est également à partir

de cette date que les traditionnels lotos étaient autorisés dans

les lieux publics. Suivant la coutume, c’est aussi ce jour-là que

l’on met à germer des grains de blé ou des lentilles dans trois

petites assiettes symbolisant la Sainte Trinité.

Si la verdure se fait haute, verte et drue l’année sera faste.

 

Chemin-des-oratoires--17-.JPG

 

___________________

 


 

ORATOIRE SAINTE MARIE

 

Autrefois seigneurie ecclésiastique, Le Beausset a pour

patronne et protectrice la Vierge Marie. Le blason du Beausset

qui reprend les armes de la paroisse est l’illustration faisant

référence aux Saintes Écritures ; Apocalypse de Saint Jean

(12:1) :

« Un grand signe parut dans le ciel, une femme vêtue de

soleil, la lune sous ses pieds, une couronne de 12 étoiles

sur la tête. »

Les Chrétiens ont donné à Sainte Marie (de l’hébreu

Myriam), la mère du Christ, différents noms comme par

exemple Notre-Dame, Madone, Vierge Marie. De nombreux

édifices religieux et fêtes aux noms parfois surprenants lui

sont dédiés dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

Notre-Dame de l’Aïoli, Notre-Dame des OEufs, Notre-Dame

du Bon Sens, fête de Notre-Dame des Saucisses…

Les Beaussétans empruntent depuis des générations

le Chemin des Oratoires pour se rendre à la chapelle du

Beausset Vieux. La population en fait un lieu de mémoire et

de dévotion à la Vierge, en 1506, après son installation dans

la plaine. La chapelle abrite de nombreux ex-voto qui témoignent

des miracles de Notre-Dame du Beausset Vieux. Sur le

blason du village figure la devise suivante : Baussetensium

Advocata (l’Avocate du Beausset).

 

Chemin des oratoires (15)

 

Chemin-des-oratoires--18-.JPG

 

______________

 

 

 

ORATOIRE SAINT PIERRE ET SAINT PAUL

 

Situé à l’emplacement de l’ancien village perché, cet

oratoire se démarque des précédents par ses deux niches

jumelées.

On ne peut séparer Saint Paul et Saint Pierre qui

sont considérés comme les deux piliers de l’Eglise. Jamais

la Tradition ne les a fêtés l’un sans l’autre.

Saint Paul et Saint Pierre périrent sous l’empereur

Néron : le premier martyrisé sur la croix la tête en bas, le

second décapité.

 

Dicton provençal :

Entre san Peiroun et san Paulet

Entre Saint Pierre et Saint Paul

Planto lou pouerri et lou caulet

Plante les poireaux et les choux

Gare à ce malicieux dicton ! Saint Pierre et Saint Paul

sont fêtés à la même date : choux et poireaux seront donc

plantés le 29 juin. C’est avec la fête de Saint Pierre et de

Saint Paul que se termine le cycle de la Saint Jean, une

grande période de réjouissance en l’honneur du solstice

d’été à laquelle les Provençaux associaient aussi Saint Eloi.

 

Autre dicton :

Saint Paul et Saint Pierre pluvieux est pour trente

jours dangereux, mais si la journée est saine elle annonce

une année sereine.

 

Chemin-des-oratoires--19-.JPG

 

_______________

 

 

ORATOIRE SAINT LUCIEN

 

Réalisé en 1977 par les Travailleurs Bénévoles du

Beausset Vieux en hommage à l’abbé Lucien BAUD fondateur

de l’association qui a rénové en grande partie le sanctuaire de

1961 à 2000.

La niche de pierre sculptée à toiture à 2 pans provient

de la partie supérieure (linteau) de la porte de l’ancienne

chapelle des pénitents blancs de la rue Victor Hugo.

Jalonnant la voie de pèlerinage menant à la chapelle

Notre-Dame du Beausset Vieux, s’élevant à la croisée des

chemins dans la plaine ou érigées dans des propriétés

privées, une cinquantaine d’émouvantes constructions nous

invitent à découvrir la mystique des oratoires sur la commune

du Beausset.

 

L’ORATOIRE

Demain, lorsque vous irez

Chantant le long des sentiers,

Grimpant vers des cieux d’azur,

Coeurs joyeux, âmes pures,

Saluez aux carrefours

Déférents, avec amour,

Ces montjoies immobiles

Qui portent en eux

Le trait indélébile

Souvenir de nos aïeux.

 

Pétrus. 16/02/2004

Poème de Monsieur Pierre SALICETI, membre du

Centre Archéologique du Var et des Amis du

Beausset Vieux, spécialiste des monuments

religieux de l’Ouest toulonnais.

 

Chemin-des-oratoires--35-.JPG

Publié dans Patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Bisousssssssss à toi et belle soirée!!!
Répondre
C
Une belle "collection" de très jolis oratoires!
Répondre
L
Après une bonne balade sur les quais de la Loire, je passe faire mon coucou quotidien. Bonne soirée, bises.
Répondre
G
ils sont beaux tous ces oratoires!!! merci pour le partage!! bisousssssssssss
Répondre
J
bonjour . je te souhaite un bon dimanche . encore un grand mistral ici .
Répondre